ANALYSE DES ÉVÉNEMENTS DE LA DERNIÈRE ANNÉE AU BRÉSIL

Le Brésil, pendant toute la période du mandat Luiz Inácio Lula da Silva et la première partie du mandat de Dilma Roussef (2003 – 2014), était considéré comme modèle d’une bonne gestion politique en Amérique Latine. C´est furent treize ans de gouvernance qui a su éviter la grande crise économique mondiale de 2008-2009 et continuer à œuvrer au bien être de la population, surtout des plus démunis.

Ce que le gouvernement de droite (PSDB) avait prôné, avait trouvé son accomplissement, pour la première fois au niveau interne, par le gouvernement du Parti des Travailleurs (PT) : le gâteau était finalement mieux partagé avec tous. De 55 millions de pauvres, le nombre était tombé à 17 millions. Les programmes tels que la « Bolsa Familha », la bourse pour les étudiants pauvres à l´université, les résidences populaires «Minha Casa minha Vida », l´augmentation réelle du salaire minimum ces dernières années, l´apparition d´ une nouvelle classe moyenne, et d´autres conquêtes au niveau interne comme externe. Tout cela a contribué au renommé du gouvernement du Parti des Travailleurs (PT) et a permis la gestion du pays durant trois mandats de suite.

Cela ne pouvait plaire à ceux qui cherchaient à empêcher la perpétuité du Parti des Travailleurs. En plus, il faut parler également des faux pas et des trébuchements commis par le parti au pouvoir et qui ont ouvert la voie à l´impeachment ; ce dernier était motivé surtout par la volonté de vengeance de la part du président de la Chambre des députés fédéraux, Eduardo Cunha.

La sensation actuelle (fin 2017) est celle de chaos politique, malgré le calme apparent. Le gouvernement de Lula, malgré les erreurs internes qui l´ont conduit à la corruption (mensalão), a vu ses acquis réduits peu à peu: l´ascension de la classe pauvre, l´université pour tous, la réduction des inégalités sociales, l´augmentation réellle du salaire minimum, le combat à la pauvreté par le programme de distribution de revenus, etc. Dilma Roussef, qui avait remplacé Lula, n´a pas pu conduire à terme son deuxième mandat, parce qu’elle est devenue victime de l´impeachment. Avec elle, se sont effondrés l´hégémonie de la gauche et le rêve du petit peuple, après avoir passé 13 ans au pouvoir.

De nos jours, l´impression que nous avons est que le parlement détient plus de pouvoir que le judiciaire et l´exécutif dans un système présidentiel. Le parlement et la présidence jouent le jeu d´interêt des politiciens corrompus tout comme des grands lobbies de capitalistes, sans prêter oreilles au cri de la société. La démocratie en sort affaiblie. La Cour Suprême de Justice est politisée et divisée. Les manifestations de la rue sont réprimées. Les avancés dans le domaine des droits sociaux sont en train de se perdre par des reformes comme celles du Code de travail, le Code de l´exploitation minière, tout comme dans le domaine de l’enseignement, de la prévoyance sociale. Il y a ausi la corruption dite « Lava Jato », l´injustice et l´impunité, la violence, le traffic d´influence, la drogue, etc. qui sont des fléaux qui rongent la société et la politique en ce jour. Toutefois, le Ministère Publique et la Police Fédérale font un travail impressionnant pour combattre la corruption, malgré les partis-pris de la Cour Suprême de Justice.

Y a-t-il de l’espoir pour un lendemain meilleur ? Certainement, oui. La perplexité et l´inertie de la population devant ce tableau sombre ne font qu´éveiller leur indignation et alimenter l´espérance d´un lendemain meilleur. Beaucoup de gens attendent l’occasion pour remettre la monnaie lors des élections qui s’annoncent. Les politiciens en sont conscients et toutes les mesures impopulaires qu´ils doivent approuver les font frémir devant l´approche des éléctions. Les partis politiques sont à la recherche des personnalités moins connues et distantes de la vie politique pour les présenter comme des figures saintes, qui n´ont pas les mains sales. Ce sont là des signes d´espoir pour un peuple qui en a assez de voir ses élus ne pas être à la hauteur de la tâche confiée à eux. Comme le dit l´Évangile, il faut rester attentifs et veiller toujours.